Pages

jeudi 2 décembre 2010

On parle tous football: manger la feuille

Cher ami novice, fidèle lecteur de cette interface entièrement voué au ballon rond, toi qui peut survivre dans un stade grâce aux précieux conseils prodigués dans cette rubrique depuis plus d'une année, il est désormais temps pour toi de manier les expressions régulièrement usitée dans les conversations footballistiques un verre de Kro à la main à 10 heures du mat', accoudé au zinc d'un bistrot de quartier, la paluche gauche négligemment posé sur votre entre-jambe (si vous êtes gaucher, ce sera la droite; les ambidextres vous le feraient au feeling) et qui font également fureur au stade un merguez-frites dégoulinant d'huile à la main. Aujourd'hui, de l'utilisation de l'expression "manger la feuille".

1) Mise en situation

Dans un stade ou devant votre petit écran, l'expression "manger la feuille" est essentielle afin de commenter une occasion manquée par un joueur quel que soit le maillot qu'il porte.
Exemple: lors d'un contre joué à 3 contre 1, le milieu offensif offre un ballon de but immanquable à son attaquant. Plus de gardien dans les bois, il ne reste qu'à pousser le cuir au fond des filets. Sauf que le goleador loupe la cage et tue un ramasseur de balle, les bras déjà levés, certain de l'issue victorieuse de l'action. La consternation s'empare de l'enceinte sportive ainsi que des téléspectateurs. Préparez-vous ça va être à vous.

2) Mise en pratique

Que vous soyez au stade ou devant la télé entre collègues, prenez votre voisin à témoin avec un regard dépité mêlé d'exaspération. C'est un signal universel qui mettra votre interlocuteur en confiance. Une fois son attention attirée, joignez vos mains et déclamez: "il a mangé la feuille". Immédiatement, votre comparse vous répondra par un "c'est clair" de bon aloi susceptible d'engager un débat le temps d'attendre la remise en jeu.

3) Customisation

Si vous voulez vraiment être compris par l'assistance et capter l'auditoire, il est impératif d'améliorer votre réplique.
Ainsi, vous devez nécessairement commencer par une injure. Âmes sensibles s'abstenir. La plupart du temps, "putain" viendra naturellement. De plus, pour signifier que cet attaquant est coutumier du fait et que ce n'est pas un one shot, veuillez déclamer avec conviction, "putain, il a encore mangé la feuille" en insistant bien sur le "encore". Si vous voulez fignoler, vous pouvez ajouter une insulte sur le joueur (exemple: "la con de lui") ou sur sa mère (pas d'exemple, le quota a été dépassé).

4) Mise en garde

S'il est toujours bien vu de chambrer si c'est l'attaquant adverse qui s'est entravé, ce n'est pas toujours le cas si le mangeur appartient à votre équipe. En effet, il ne faut pas trop insister si ledit attaquant vous a offert un titre l'année dernière ou s'il a déjà planté 25 pions dans la saison. La mauvaise foi a des limites qu'il ne convient pas toujours de dépasser. Si vous être supporter de l'OM, vous pouvez grossir le trait quand il s'agit de Gignac. Néanmoins, s'il s'agit de Lucho, n'en faites pas trop car vous passeriez pour un Footix de bazar doublé d'un ingrat.
Si vous vous piquez d'écriture, il existe des tournures plus variées comme "outre-manger la feuille" ou "manger goulûment la feuille". Faut bien alterner de temps en temps!

Cher ami apprenti supporter, votre évolution dans les sphères footballistiques ne cessent d'impressionner. Chaque match devient pour vous le théâtre de vos progrès en la matière. Continuez ainsi et vous serez bientôt en mesure de donner vos propres conseils.

Choa d'Arelate

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire